Communiqués de presse
31.08.2021

Les banques ont bien maîtrisé l’année de pandémie

L’ASB publie son Baromètre bancaire 2021
  • En dépit d’un environnement économique marqué par la pandémie de COVID-19, les 243 banques opérant en Suisse ont su maîtriser la situation, générant de solides résultats en 2020.
  • Le résultat consolidé des banques s’est inscrit en hausse de 5,8 % pour s’établir à CHF 69,9 milliards, grâce notamment au résultat des opérations de négoce (+46,7% en 2020 par rapport à 2019).
  • Le total des bilans de toutes les banques en Suisse a augmenté de 4,5 % sur l’année 2020, à CHF 3 467,3 milliards.
  • A fin 2020, les actifs sous gestion s’élevaient à CHF 7 878,7 milliards, soit un niveau stable par rapport à fin 2019. La Suisse est leader mondial dans le domaine de la gestion de fortune transfrontalière, avec une part de marché de 24 %.
  • Pour la première fois depuis plus de dix ans, l’emploi dans le secteur bancaire a légèrement augmenté en 2020 (+414 équivalents plein temps).
  • Au premier semestre 2021, la reprise économique après l’année de pandémie s’est traduite par une évolution favorable de l’activité des banques en Suisse.

Du point de vue économique, la Suisse a bien surmonté la pandémie de COVID-19 jusqu’à présent. Il en va de même des 243 banques qui opéraient en Suisse à fin 2020: elles ont confirmé leur solidité. Leur résultat consolidé s’est inscrit en hausse de 5,8 % pour s’établir à CHF 69,9 milliards. Cette hausse est due pour l’essentiel à la progression du résultat des opérations de négoce (+46,7 % par rapport à 2019), laquelle tient pour sa part à la volatilité accrue des marchés ainsi qu’au regain d’activité qu’elle a entraîné du côté des clientes et des clients. Le résultat des opérations d’intérêts a suivi une trajectoire inverse (-0,9 %), tandis que le résultat des opérations de commissions et prestations de services a augmenté de 3 % environ.

Les créances hypothécaires constituent le principal poste d’actif

A fin 2020, le total des bilans de toutes les banques en Suisse s’établissait à CHF 3 467,3 milliards, en hausse de 4,5 % par rapport à fin 2019. Les créances hypothécaires représentaient près du tiers des actifs (31,7 %) à CHF 1 098,0 milliards. Elles sont restées sur la trajectoire ascendante (+3,1 %) observée ces dix dernières années. Afin de renforcer les banques dans leur rôle de fournisseurs de crédit, la Banque nationale suisse (BNS) a relevé le facteur d’exonération utilisé pour calculer les avoirs en comptes de virement non soumis au taux d’intérêt négatif. Dans le même temps, les liquidités se sont inscrites en forte hausse (+26,1 %) dans les bilans des banques.

Les taux d’intérêt bas, conjugués à un taux d’épargne élevé, entraînent une nette augmentation des dépôts à vue

En 2020, les engagements résultant des dépôts de la clientèle ont augmenté de 8,7 %. Ils constituent désormais plus de la moitié (56,9 %) des passifs, mais les dépôts à vue et les dépôts à terme affichent des évolutions contrastées: si les premiers s’inscrivent en hausse de près de 30 % grâce à un taux d’épargne exceptionnellement élevé, à des arbitrages et à des effets statistiques, les seconds ont baissé d’environ 16 % en raison du bas niveau des taux d’intérêt.

Pandémie de COVID-19: les banques sont des partenaires fiables pour les PME suisses

Pendant la première phase de la pandémie, en mettant en place sans tarder les crédits transitoires COVID-19, les banques en Suisse ont fourni des liquidités aux entreprises qui en manquaient et contribué ainsi efficacement à atténuer les conséquences économiques des restrictions.

Dans le cadre de ce programme, les banques ont octroyé au total quelque 139 000 crédits, pour un volume de CHF 17,1 milliards. Près d’un quart des 590 000 PME environ que compte la Suisse y ont donc eu recours. Le volume moyen des crédits octroyés s’est établi à environ CHF 100 000 pour les crédits COVID-19 et à CHF 2,7 millions pour les crédits COVID-19 Plus. Sur l’ensemble de ces crédits, 14 000 ont déjà été intégralement remboursés, pour un montant total de l’ordre de CHF 3 milliards (source: https://covid19.easygov.swiss / consulté le 16 août 2021).

Les entretiens trimestriels de la BNS avec des entreprises implantées dans toutes les régions de Suisse révèlent que l’approvisionnement en crédits fonctionne parfaitement dans notre pays depuis le début de la pandémie de COVID-19. Selon l’Office fédéral de la statistique, le nombre total d’ouvertures de procédures de faillites à l’encontre de sociétés et de personnes a baissé de 6,6 % en 2020 par rapport à 2019.

Après les mesures d’urgence efficaces élaborées conjointement en 2020 par la Confédération, les cantons et les banques, ces dernières sauront également être à la hauteur de leur rôle économique dans le cadre de la reprise annoncée en 2021.

Stabilité des actifs sous gestion

A fin 2020, les actifs sous gestion s’élevaient au total à CHF 7 878,7 milliards, soit un niveau stable par rapport à fin 2019. Si les actifs sous gestion des clients suisses ont augmenté de CHF 93,2 milliards, ceux des clients domiciliés à l’étranger ont diminué de CHF 108,0 milliards. La Suisse est leader mondial dans le domaine de la gestion de fortune transfrontalière, avec une part de marché de 24 %.

Hausse de l’emploi dans les banques pendant la pandémie de COVID-19

Pour la première fois depuis dix ans, l’emploi dans les banques en Suisse a affiché un petit rebond en 2020 (+414 équivalents plein temps). Celui-ci s’est confirmé au premier semestre 2021: selon une enquête réalisée par l’ASB, les effectifs des banques suisses ont augmenté d’environ 1 %, mais avec une dynamique plus forte à l’étranger (+1,8 %) qu’en Suisse (+0,2 %). Cette hausse de l’emploi dans le secteur bancaire ne constitue toutefois pas nécessairement une inversion de tendance.

Reprise économique au premier semestre 2021

La reprise économique après l’année de pandémie, le maintien d’une politique monétaire expansionniste et l’évolution positive des marchés d’actions sont les faits saillants du premier semestre 2021: les actifs sous gestion dans les banques ont augmenté de 6,9 % au cours des premiers mois de l’année. Entre janvier et mai, le total des bilans a progressé de 3,0%. Les augmentations majeures concernent, du côté des actifs, les créances résultant d’opérations de financement de titres ainsi que les créances sur les banques. Les créances hypothécaires semblent poursuivre sur leur lancée en 2021. Du côté des passifs, les dépôts à vue de la clientèle se sont inscrits en hausse, de même que les engagements envers les banques. Selon une enquête réalisée par l’ASB, comme indiqué plus haut, les effectifs ont augmenté d’environ 1 %. Quant à savoir si l’activité bancaire restera sur cette trajectoire favorable au second semestre 2021, cela dépendra en grande partie de l’évolution de la pandémie de COVID-19.

A propos du Baromètre bancaire

Publié chaque année, le Baromètre bancaire de l’ASB donne un aperçu synthétique des chiffres-clés et des principales évolutions de la place bancaire suisse. Il s’appuie sur les statistiques de la Banque nationale suisse (BNS) ainsi que sur les résultats d’enquêtes effectuées auprès des établissements membres. Cette étude est proposée désormais sous la forme d’une publication en ligne, plus interactive et plus agréable à lire. Martin Hess, Responsable Politique économique et monétaire, et Thomas Rühl, Responsable Research, la présenteront aux médias aujourd’hui à 9h30 dans le cadre d’une conférence de presse virtuelle. Vous trouverez l’ensemble des documents ainsi que des faits et chiffres complémentaires sur notre site Internet

Place financière suisse

Contact Médias

Monika Dunant
Responsable Relations Publiques et Média
+41 58 330 63 95