Opinions
29.07.2021

Gestion des données: la base du traitement des données offrant une valeur ajoutée

Outre le fait que leur quantité ne cesse de croître, les données ont de la valeur. L'objectif stratégique de chaque banque doit donc être de capter cette valeur dans les affaires quotidiennes et de l'augmenter encore de manière ciblée. Mais comment atteindre cet objectif? Il est crucial de mettre de l'ordre dans la «salade de données». Les tâches, les compétences et les responsabilités dans le traitement des données doivent être réparties dans l'ensemble de la banque d'une manière raisonnable sur le plan fonctionnel. Les fonctions «habituelles» existantes, qui traitent les problèmes de données de manière structurée (telles que l'architecture des données, les opérations, la sécurité informatique et les aspects juridiques et de conformité) sont idéalement complétées par un centre de compétence en gestion des données.
Article deWerner W. Wyss

Le point de vue juridique n'est qu'une partie du tableau

Le guide relatif à la gestion des données publié par l'Association suisse des banquiers début juin décrit les défis et les solutions possibles dans le traitement des données dans un langage facile à comprendre et de manière équilibrée. Il montre clairement que des solutions concrètes réussies ne sont possibles que sur la base de principes généraux solides. Le traitement efficace et à valeur ajoutée des données n'est pas exclusivement déterminé par des exigences légales. En plus de conseiller des experts techniques, la tâche de Legal et Compliance se limite au mieux à identifier les obligations légales pertinentes, à les interpréter et, si nécessaire, à formuler des exigences de conformité avec le cadre juridiquement contraignant. La «traduction» de ces exigences en spécifications opérationnelles sous la forme de mesures techniques et organisationnelles (appelées TOM) doit alors être la tâche des experts techniques extérieurs à Legal et Compliance. Une gouvernance des données fonctionnelle, qui comprend également une gestion efficace des données, contribue de manière décisive au succès.

La gestion des données comme base du traitement des données 

Outre les exigences légales, de nombreuses autres questions se posent pour la banque, auxquelles la direction doit répondre dans l'intérêt d'un traitement efficace et responsable des données. Par exemple‑: quelles données doivent être obtenues dans quelle qualité? Quel degré d'intégrité et de disponibilité est requis pour quels jeux de données? Quelles utilisations de données doivent être optimisées? Comment s'assure-t-on que les données de base sont utilisées de manière uniforme et inchangée dans toute l'entreprise? Comment peut-on renforcer la confiance des clients à l'égard du traitement des données par la banque? Un centre de compétence en gestion des données est idéal pour répondre à ces questions, ainsi qu'à d'autres. Un tel centre de compétences analyse l'univers des données existant de la banque, y compris les processus associés, en fournissant un travail approprié, et développe des suggestions d'amélioration. Cet effort initial est dans l'intérêt de la banque, notamment du fait de l'augmentation de l'efficacité dans l'utilisation des données par les employés. Conformément à cette mission interbancaire, une telle unité dotée d'une certaine indépendance technique devrait être située en dehors de l'informatique opérationnelle. Les personnes qui possèdent des compétences informatiques approfondies, qui sont capables d'une réflexion orientée projet et qui possèdent des connaissances approfondies des besoins des clients, des employés et de la banque sont prédestinées pour ces tâches.

La gestion des données crée des gains d'efficacité grâce à des processus structurés

Avec sa contribution, un centre de compétences pour la gestion des données peut augmenter de manière décisive la qualité des données, les processus d'utilisation des données et donc la valeur de ces dernières. Sur la base d'une analyse globale à l'échelle de la banque, il peut être assuré, par exemple, que seules les données réellement nécessaires sont obtenues et qu'elles sont mises à disposition sous une forme actualisée, dans le cadre d'un concept global et à un endroit défini.

Les données doivent toujours avoir la qualité requise pour les traitements nécessaires et être disponibles conformément aux autres besoins de la banque et de ses employés. En conséquence, les processus impliqués dans le traitement des données doivent être restructurés de manière ciblée tout au long du cycle de vie. Cela couvre tout, de l'approvisionnement et de l'utilisation jusqu'à la suppression éventuelle des données. Pour le dire plus précisément, chaque employé de la banque reçoit les données actuelles dont il a besoin pour exercer ses fonctions, sous la forme requise, de façon automatique. Cette hausse de l'efficacité de l'utilisation des données permet, par exemple, de toujours proposer aux clients des offres et des services actualisés et personnalisés adaptés à leurs besoins spécifiques. La qualité accrue du conseil résultant de ces nouveaux processus conduit à des collaborateurs motivés par un sentiment d'accomplissement et une clientèle encore plus satisfaite. De plus, l'utilisation optimisée des données au sein de la banque se traduit généralement par des processus plus efficaces, y compris, par exemple, en matière de gestion des risques ou de suppression structurée des données. Autrement dit, la banque économise aussi de l'argent et des efforts.

A propos de l'auteur

Werner W. Wyss est Head Regulatory Affairs à la Banque cantonale zurichoise et co-auteur des directives publiées par l'Association suisse des banquiers sur le traitement des données dans les affaires quotidiennes.

Série de blogs « Gestion des données »Numérisation

Rédacteurs

Werner W. Wyss
Head Regulatory Affairs, Zürcher Kantonalbank

Sur le même sujet