Monnaies numériques et système de paiement 

L’introduction et la diffusion de moyens de paiement numériques, comme les stablecoins privés, apportent une nouvelle valeur ajoutée aux clients. Toutefois, ces moyens de paiement sont en interaction directe avec le système de trafic des paiements. Cela confronte les banques et les autorités à des questions importantes. Aussi l’ASB se penche-t-elle attentivement sur les implications possibles des monnaies numériques, tout en suivant de près la mutation rapide du système de paiement. 

Les monnaies numériques et les autres moyens de paiement électroniques sont appelés à devenir des éléments importants de la digital economy. Leur valeur ajoutée sociale et économique étant évidente, la question n’est pas de savoir s’ils seront introduits et utilisés à large échelle, mais quand et sous quelle forme. Quoi qu’il en soit, cette évolution des moyens de paiement utilisés fera apparaître de nouvelles exigences en matière de trafic des paiements: proposer des solutions de paiement instantané à la fois omnicanales et transfrontalières deviendra indispensable.

L’explosion de la demande de moyens de paiement numériques

Les cryptomonnaies comme le bitcoin suscitent depuis des années un vif intérêt au sein du public. En 2019, la publication du projet Diem (anciennement Libra) de Facebook a considérablement accéléré les travaux concernant les monnaies numériques et les moyens de paiement électroniques privés. Depuis lors et dans le monde entier, les Central Bank Digital Currencies (CBDC) et les stablecoins privés focalisent l’attention des banques centrales et des acteurs économiques.

Ces monnaies offrent de multiples possibilités et des avantages économiques importants. Flux financiers programmables grâce à des smart contracts, traitement des paiements automatisé et sans intervention humaine, simplification des paiements impliquant plusieurs pays et plusieurs monnaies, telles sont quelques-unes des perspectives qui s’ouvrent grâce à elles.

Le système de paiement déjà en mutation

La forte augmentation des paiements sans espèces et le rôle croissant des monnaies numériques influent sur le système de paiement. Le trafic des paiements, autrefois considéré comme un pur facteur de coûts, connaît de profonds bouleversements technologiques, économiques et réglementaires. Certes, il est robuste, mais il est aussi lent, rigide, onéreux. Et les clients, l’infrastructure du marché, la concurrence ainsi que les nouvelles technologies exigent aujourd’hui des solutions de paiement sûres, omnicanales et instantanées.

De nombreux défis à relever pour les banques

La vague d’innovations qui s’annonce place le secteur financier, et tout particulièrement les banques, face à une multitude de défis à la fois commerciaux, économiques, technologiques et juridiques.

Si les banques, jusqu’ici, se sont montrées modérées dans le débat public, les autorités affichent leur engagement sur le sujet. En coopération avec le hub d’innovation de la Banque des règlements internationaux (BRI), la BNS a déjà testé une monnaie numérique de banque centrale à plusieurs reprises et le Conseil fédéral a publié en 2019 un rapport complet sur les CBDC. SIX a par ailleurs déclaré que le trafic des paiements suisse intègrerait les paiements instantanés à partir de 2023/24.

L’ASB étudie ce sujet avec assiduité, afin d’identifier les évolutions disruptives en amont et de participer activement à la mise en place de conditions-cadres optimales.

Experts

Martin Hess
Responsable Politique économique
+41 58 330 62 50