Opinions
20.07.2022

Les actifs numériques ont leur place dans le mainstream!

Il est temps que le mainstream s’empare des actifs numériques. La place financière suisse dispose d’une base solide et de conditions-cadres optimales pour exploiter pleinement le potentiel d’innovation de cette nouvelle catégorie d’actifs. A cet effet, l’Association suisse des banquiers (ASB) fait valoir en particulier deux éléments clés: l’émission d’un stablecoin libellé en francs suisses par des institutions réglementées et soumises à surveillance d’une part, l’égalité de traitement pour tous les acteurs du marché d’autre part.

Prudence en cas de «crypto-achat»: le libre jeu des forces du marché n’est pas sans risques, comme l’ont montré de manière éclatante les récentes turbulences sur les marchés de la finance décentralisée (DeFi). Tant que ces derniers ne sont pas réglementés et que l’on n’applique pas des prescriptions de base en matière de protection des investisseurs, les fraudes, les manipulations de marché et les effondrements de stablecoins tout sauf stables reviendront sans cesse à l’ordre du jour. Il apparaît de plus en plus clairement que pour protéger la clientèle, même les marchés décentralisés nécessitent un minimum de règles du jeu et de réglementations.

Remous dans la «crypto-branche»

Tout ce qui brille n’est pas de l’or, y compris dans l’univers des actifs numériques: un regard sur les événements récents suffit pour s’en convaincre. Ainsi, en juin 2022, le volume des ventes de jetons non fongibles (non-fungible token, NFT) a baissé de 92 % par rapport à septembre 2021. Le nombre des portemonnaies électroniques (wallets) actifs s’est réduit de 88 % par rapport au pic atteint en novembre. L’effondrement du TerraUSD, un stablecoin algorithmique non réglementé, a entraîné en un clin d’œil les marchés dans sa chute, sonnant l’alerte tant pour les investisseurs que pour les régulateurs.

D’ores et déjà, des acteurs de la branche pourtant bien établis ont dû prendre des mesures pour préserver leur activité. La crypto-Bourse crypto.com a annoncé un plan d’économies drastique et des licenciements. Coinbase a fait savoir qu’elle allait réduire son personnel de 18 %. Un ancien dirigeant de la plateforme NFT OpenSea a été condamné pour délit d’initié. Et le cas du Celsius Network, où des clientes et des clients ont été privés d’accès à leurs actifs dans un contexte prétendument décentralisé, interroge un peu plus sur l’intégrité de la DeFi ainsi que sur la pérennité des hauts rendements dont se targuent les fournisseurs de crypto-lending.

Le mainstream doit se positionner par rapport à deux mesures

A l’échelon tant national qu’international, le mainstream, c’est-à-dire les régulateurs et les intermédiaires financiers établis, se casse la tête à se demander quelles seront les applications les plus révolutionnaires en matière d’actifs numériques. Vu du banc de touche, il n’est pas vain à cet égard de distinguer l’essentiel de l’accessoire et de faire le tri entre les vraies innovations et les simples promesses marketing. C’est le cœur du travail qu’accomplit l’ASB en faveur de ses membres et du grand public.

Comment le secteur financier traditionnel peut-il contribuer à soutenir ces marchés émergents et ces nouveaux actifs par la stabilité et l’intégrité? Selon l’ASB, la réponse tient en deux éléments clés. D’une part, le négoce et le règlement d’actifs numériques nécessitent un stablecoin émis par des institutions réglementées et libellé en francs suisse, qui soit stable par rapport à notre monnaie nationale et librement convertible.

D’autre part, tant les banques que les investisseurs doivent pouvoir être certains que tous les acteurs du marché sont sur un pied d’égalité. Les banques ont la possibilité de créer ponctuellement la confiance dans cette nouvelle catégorie de placement, par exemple en proposant des services de conservation d’actifs numériques, en mettant à disposition des portemonnaies sécurisés, ou encore en faisant office d’«accompagnateurs» fiables dans la jungle des actifs numériques grâce à des conseils professionnels et à des analyses de haute qualité.

Une enquête en ligne de l’ASB confirme la pertinence du sujet

L’ASB a réalisé en amont du FuW Forum «Blockchain in Financial Services» 2022 une enquête en ligne au sein de la branche. Celle-ci a permis de prendre le pouls de l’opinion sur les cryptomonnaies, la tokenisation, les NFT, la DeFi, les stablecoins, les monnaies numériques de banque centrale (Central Bank Digital Currencies, CBDC), tout en offrant une vision prospective – quoique non représentative – de ces technologies.

Les trois quarts des participant.e.s à l’enquête ont dit douter que les cryptomonnaies finissent par se substituer à l’argent traditionnel. Toutefois, une majorité a répondu qu’elle détenait des cryptomonnaies et qu’elle n’excluait pas de s’en servir un jour comme moyen de paiement au quotidien. En outre, deux participant.e.s à l’enquête sur trois pensent que les actifs tokenisés joueront un rôle important pour la place financière à l’avenir. Le potentiel est jugé prometteur, en particulier, pour certains actifs non bancaires mais de prix, comme les objets d’art, les voitures anciennes ou même les chaussures de créateurs en édition limitée. Les prestations des intermédiaires financiers traditionnels conservent une solide cote de confiance. Ainsi, environ 80 % des participant.e.s à l’enquête se sont dits d’accord avec l’affirmation selon laquelle les clientes et les clients des banques suisses sont globalement satisfaits des prestations qui leur sont fournies et n’entendent pas renoncer aux conseils fiables et compétents de leurs banques et de leurs gérants de fortune respectifs. Ce résultat est intéressant en particulier dans la perspective des débats à venir sur la DeFi. En effet, au moins à l’heure actuelle, tous les acteurs du système financier ne sont pas encore prêts à ce que les droits et obligations des intermédiaires financiers réglementés soient transférés sans réserve et largement à la clientèle.

En partenariat avec ses membres et en promouvant les deux mesures précitées, dans l’intérêt notamment des clientes et des clients des banques, l’ASB se mobilise pour que les actifs numériques trouvent leur place dans le mainstream, comme l’a indiqué le Vice-CEO de l’ASB, August Benz, lors d’une table ronde organisée dans le cadre du FuW Forum.

Numérisation, innovation et cybersécurité

Rédacteurs

Andrea Luca Aerni
Collaborateur scientifique numérisation
+41 58 330 62 58